TROUVER LE LOCAL IDEAL : UN RÊVE ?
1 - TOUT COMMENCAIT SI BIEN 

Lorsque la dernière phrase de notre business plan fut écrite (bon, quand ma meilleure amie l'a validé après l'avoir lu pour la 3e fois) et qu’on est arrivé au moment où il a fallu se mettre en recherche du local idéal, j’étais toute excitée !!!

 

Le local c’est vraiment du concret, c’est tout ce que tu as projeté, imaginé, rêvé pour ta boutique … et puis c’est là que tout commence vraiment ! 

 

La première étape (même si déjà dans le business plan) c’est de savoir ce qu’on veut : 

 

- Un très grand espace de vente (minimum 80 m2)

- Un espace de stockage (30m2)

- Une extraction (ça peut aider pour la cuisine)

- Un petit jardin ou une terrasse ça pourrait être chouette (ben oui tant qu’on y est !)

Bon, au tout début on ne savait pas trop où chercher, à qui s’adresser. Est-ce qu’il faut passer par des agences comme pour des appartements ? Est-ce qu’il y a des sites spécialisés ?  C’est quoi les prix du marché (encore une fois question « sous sous » on s’était quand même un peu renseigné avant histoire d'avoir un prévisionnel financier qui tient la route mais il nous manquait pas mal d'éléments). 

 

On démarre les visites avec 2 locaux qui nous ont été indiqué par la mairie du 18e mais ceux-ci ne conviennent pas.  Ça aurait été trop facile !

 

Puis c'est la misère, rien de nouveaux pendant les 3 mois qui suivent. 

 

Sur les conseils du père d’une amie, nous battons le pavé des quartiers et rues qui nous intéressent. L’objectif est laborieux mais simple : il faut aller dans tous les commerces et leur demander un par un s’ils souhaitent céder leur bail ou s’ils connaissent un commerçant dans la rue qui est dans ce cas. Au bout de 3 jours passés dans le 18e, 19e et 20e, on a pas avancé d’un poil. 

 

Et puis grâce à la mairie de Paris qui nous accompagne et à des personnes que nous avions rencontré pendant notre étude de marché, nous avons identifié un acteur très utile pour nous : le GIE. 

 

Le GIE réunie tout les bailleurs sociaux de Paris (Paris habitat, la semaest, etc) qui gère 10% du parc immobilier à Paris. Ils ont un site sur lequel ils mettent en ligne les locaux disponibles à la location : http://locaux-bureaux.paris.fr/

 

Nous avons donc regardé ce qu’ils proposaient et avons très vite été enthousiasmé par plusieurs possibilités. #aNewHope

Où ça ? Dans le 10e, 18e, 19e et 20e

80m2 de surface de vente + 30m2 de réserve

2 - QUAND LE DESESPOIR S'INSTALLE

​C'est ainsi que nous nous retrouvons à visiter un premier local dans le 11e et il est parfait : pile la bonne taille, prix imbattable, et on est prioritaire sur la liste car nous participons à un appel à projet de la mairie. 

Mais mais mais on est à moins de 5 minutes de deux autres épiceries qui font du direct producteurs (et qu’on aime bien en plus), ce n’est donc pas envisageable pour nous de nous installer ici. 

Le lendemain, loin de s'avouer vaincu, nous visitons un deuxième local sur la place des fêtes dans le 19e. . L’aménagement actuel n’est pas optimal mais il est grand et dans nos prix. On est plutôt emballé mais on est pris d'un doute sur l’emplacement. Nous passons les jours suivant à étudier le terrain et arrivons à la conclusion qu’il est trop risqué de s’installer ici. 

 

Nous identifions bien un troisième local qui semble sympa, mais finalement il est déjà réservé…

Ça se complique …

 

En fin de compte aucun local proposé par le GIE ne convient, nous regardons quand même tous les jours les nouvelles annonces mais celles-ci se font rares. 

3 - ALLEZ ON S'Y REMET !

​Les jours passent et pas de nouveaux locaux en vue. On décide de prendre les choses en mains et d’élargir nos recherches au parc privé. Et là, c’est tout un nouveau monde qui s’offre à nous ! Il y a beaucoup d’offres et beaucoup de possibilités.

 

Lien vers les sites utiles : https://www.agorabiz.comhttps://www.leboncoin.frwww.pap.fr/annonce/locations

 

On est happy et à nouveau super motivés. 

Assez rapidement nous identifions plusieurs locaux chouettes et enchaînons les visites. 

 

Les loyers sont intéressants mais les conditions de location assez exigeantes, et nous obligent à revoir nos prévisionnels financiers. En effet, comme nous sommes un commerce en création, la plupart des propriétaires demandent entre 6 mois et 1 an de loyer de garantie. Gloups !

 

En même temps la concurrence est rude, beaucoup plus que pour les locaux du GIE, donc nous n’avons pas vraiment le choix. 

 

Un local nous plaît particulièrement – il est bien situé, son loyer représente une aubaine et sa forme est très pratique. Mais (et oui encore un mais!),  il est plus petit que ce que nous avions imaginé. Concrètement ça veut dire que nous devons complètement changer l’aménagement que nous avions prévu. L’espace est grand certes mais ne possède pas de stockage, c’est donc à nous de le créer au sein du local. 

 

Notre défi : penser un aménagement qui nous permet de stocker un maximum au sein de la boutique ET une organisation différentes pour les ateliers, que nous ne pourrons pas faire dans une salle séparée de l’espace de vente, comme nous le souhaitions initialement. 

 

Heureusement nous avons un copain qui travaille le bois qui nous aide à réfléchir à des meubles et un aménagement possible et surtout, je me souviens avoir vu une épicerie Zéro Déchet à Anvers qui avait réussi relever un défis similaire, de quoi nous inspirer !

 

Quelques jours plus tard, nous repérons un second local qui nous plaît beaucoup lui aussi. Il possède une verrière au plafond (la grande classe) sur toute une partie, et l’ancien locataire ( une cave à vin) a installé des murs en bois sur toute la surface, c’est très joli. Un seul point nous dérange : il est séparé en 2 espaces bien distincts, par un couloir, ce qui n’est vraiment pas pratique pour la circulation des clients, à réfléchir donc. 

 

 

Finalement, ce sont ces deux locaux qui retiendront notre intérêt et pour lesquels nous déposons un dossier, ENFIN !

4 - ON ECRIRA CETTE PARTIE QUAND ON AURA SIGNE LE BAIL :P
CE QU'ON RETIENT

▶ Battre le pavé : okay, c'est très utile pour faire une analyse du marché, mais il ne faut pas trop compter dessus si on veut pas payer un pas de porte ou une cession de bail

▶ L’emplacement : pour un commerce nouveau, c'est bien le critère numéro 1, il ne faut donc pas faire de concession sur ce point (quitte à avoir un local qui ne correspond pas exactement à ses attentes de départ) 

▶ Entre ce qu’on avait imaginé (fantasmé ?) au début et ce qu’on trouveras à la fin, y’a un monde : la réalité ;-)

▶ Il faut être très réactif et s’attendre à ce que la recherche dure looooongtemps (pour nous ça fait déjà 5 mois)

IRIS.H - 15 FEVRIER 2018